La fille des buralistes

Cette année là, ma grand- mère prend en pension pendant les vacances d'été un petit Jean-Marc. Il est le fils d'une amie de sa connaissance.

C'est une façon pour ma grand-mère d'arrondir sa maigre pension. Je ne supporte pas ce pauvre gamin. Il appelle mon grand-père "son pépé" et ça je ne le supporte pas. Je dors avec mon grand-père. Ma cousine Josette avec ma grand-mère et le petit Marc dans une "huche à pain" dont le couvercle a été retiré.

 

Le jeudi est un grand jour pour moi. C'est le jour de la sortie des hebdomadaires de ma grand-mère : "Nous Deux" et "Confidences". J'enfourche mon vélo et "fonce" vers le bourg de Jouillat à trois kilomètres de là. Arrivé au bar tabac journaux j'ai le coeur qui bat la chamade. Je me tiens à peine debout. La fille des patrons aide à la vente du tabac et des journaux. Nous avons le même âge.  La maline prend tout son temps pour me servir. Elle a depuis longtemps compris que je fondais d'amour pour elle. La belle attendais au moins une parole de ma part mais je restais paralysé.

 

Aujourd'hui, encore, lorsqu'il nous arrive de nous croiser, je me sens tout perturbé. Malgré qu'elle soit devenue blonde, je la revois avec ses longs cheveux noirs à la Gréco et Anne Vanderlove.

 

Elle incarnera le type de femme qui plus tard bouleversera m'a vie d'homme .

 

À partir de l’adresse <https://admin.over-blog.com/write/72335050

 

Publié dans les passantes