Le cordonnier de Lascoux

Publié par l'bistrot des sports

On le surnommait le "muet" car il était né sourd et muet. Cadet d'une famille de quatre enfants, dont trois étaient également sourds et muets, Félix partira en compagnie de son frère ainé et de sa soeur, les deux autres victimes de la même infirmité, pour un centre éducatif à Limoges. On peut s'étonner qu'en cette fin du 19ème et début 20ème siècle, qu'une famille aussi pauvre puisse offrir à ses enfants infirmes une telle éducation. Cela à été possible grâce à l'intervention du Maire de l'époque. La Municipalité de Jouillat a accepté de subventionner le projet. Je tiens à souligner ce geste humanitaire.

 

Les trois enfants apprennent à communiquer avec les entendants. Le frère ainé sera tailleur d'habits, la soeur brodeuse et Félix cordonnier.

 

Félix par pour un mini tour de France. Il passe par Lyon puis Bourges où il rencontrera sa futur épouse, Antoinette. Entre temps, les parents de Félix ont pu acheter, grâce aux migrations du père comme maçon dans l'Oise, la petite maison mitoyenne à la leur. Ce sera l'atelier de Félix. Après leur mariage à Bourges, le couple vient s'installer à Lascoux. Félix va travailler quelques temps à Guéret où il est très apprécié par la clientèle. Fort de cette réputation Félix s'installe à Lascoux dans la petite maison achetée par ses parents. La clientèle connue à Guéret afflue à Lascoux.

 

Chez le "muet" ça sent le cuir. Chez lui pas de sabots. Félix fait dans le luxe. La petite bourgeoisie de Guéret vient chez le "muet" faire réparer ses chaussures. Sa réputation va jusque dans le Berry tout proche. Grâce à des parents remarquables et un élu non moins remarquable, le "muet de Lascoux" a réussi sa vie.

 

Félix finira sa vie paisiblement. Pendant les veillées d'hiver, les hommes venaient pour des parties de belote jusqu'au petit matin. Antoinette, également sourde et muette servait le café. Il seront dans les premiers du hameau à avoir la télévision. Félix hélait les passants pour venir voire son poste. Tout le petit monde de la commune aimait le muet de Lascoux.

 

Quelques mois après le décès de son Antoinette, on trouva Félix allongé sur son lit. Le cordonnier de Lascoux était mort dans la nuit.

Publié dans Au fond de la mémoire