Vonvon le petit tailleur de Jouillat

Publié par l'bistrot des sports

Vonvon le petit tailleur de Jouillat

Son véritable prénom était Yves mais ce n'était pas assez "mignon" pour les jouvencelles de la commune de Jouillat. Elles préféraient Vonvon. Car il était beau le petit tailleur de Jouillat.

 

Avant la guerre de 1939, Il habitait avec son frère Marcel et ses parents à Toulon. Leur adolescence a été bercée par la nonchalance méditerranéenne et le mimosa. Peu de travail et beaucoup de jolies filles bronzées. La guerre va briser tout ça. Enrôlés dans les camps de jeunesse à Lodéve, les deux frères supportent mal cet état de guerre. Ils décident de prendre la clef des champs. Yves veut passer en Angleterre, une idée comme ça, parfois il se sentait l'âme d'un héros. Il s'engage sur le mur de l'Atlantique à l'Aber wrac'h, là, il attend l'occasion de s'embarquer pour l'Angleterre. Mais usé par le travail très dur sur le mur, la maladie lui fera oublier ses rêves. Il reprend la clef des champs, celle qui lui ouvre le chemin de la Creuse.

 

Dans la vieille maison de ses grands parents il rejoint son frère et ses parents arrivés quelques mois auparavant. Yves se sent bien, loin des brutalités de l'Aber wrac'h. Mais la grand-mère, une femme de caractère, supporte mal cette tendance à l'indolence. - Tu vas aller faire des journées chez les paysans comme ton frère Marcel. - Mais non, je vais aller faire le tailleur à Jouillat. La vieille femme en tombe assise. La mère de Yves finit "d'assommer" la grand-mère. - Yvon est trop fragile pour travailler dans les champs. C'est comme ça que Vonvon va devenir le tailleur de Jouillat.

 

Vonvon installe son atelier à l'étage du café Tabac de Monsieur Verguet sur la grande place de Jouillat. Monsieur Verguet est un brave homme. Gueule cassée et une jambe en moins laissée à la grande guerre, il prend en affection le "courageux" jeune homme. Il reçoit les clients de Vonvon, leur offre un verre, car Vonvon n'est pas toujours là. Vonvon se lie d'amitié avec les jeunes hommes de son âge qui sont là pour éviter le travail obligatoire en Allemagne. Son meilleur ami est un certain Noblet, sa passion à lui c'est la musique. Il organise des bals. Vonvon l'accompagne partout. Ce qui fait que Vonvon revient dans son atelier que pour y dormir le plus souvent. Puis il y a les copines. Elles se placent sous la fenêtre de l'atelier et : "Vonvon, Vonvon…." Vonvon se sent obligé de descendre. Il lui arrive de dormir, également, dans les bois lorsqu'il se perd après avoir raccompagné une cavalière. Pendant ce temps là le travail s'accumule. Le pauvre Monsieur Verguet croule sous les "mon pantalon n'est pas fait ?? Et mon costume pour la noce ??? Etc…." alors pour calmer les mécontents il sort une bouteille et offre un verre de vin blanc au plaignant.

 

Vonvon est ingérable mais on l'aime. Il est tellement gentil. Un jour pourtant il stupéfie son propriétaire. C'est une journée d'hiver très froide. Vonvon travaille ! Monsieur Verguet craint que son protégé ait froid. Alors il monte le voir. Arrivé sur le palier il butte sur une grosse branche d'arbre qui rentre dans l'atelier du petit tailleur. La banche se termine dans le poêle à bois. Le brave homme suffoque - Mais Vonvon tu peux pas mettre des buches ??? - A quoi bon, les buches faut les couper tandis que comme ça je n'ai qu'a pousser au fur et à mesure…. C'était Vonvon…..

 

Cette belle vie va se terminer très vite. Rattrapé par son destin, Vonvon finit par être repéré par le STO. Il doit partir pour l'Allemagne. Mais cela est une autre histoire.

 

Le petit tailleur de Jouillat à bâtit sa vie à Paris. En 1977 il descend en Creuse pour la Toussaint. Le 30 octobre le temps est radieux. Il fait bon en cet été indien. Après avoir embrassée son épouse Renée, il enfourche le vélo moteur du cousin Robert pour descendre au cimetière de Jouillat. Il a décidé de nettoyer la tombe de ses parents pour la journée de demain. Son travail terminé, sur le point de démarrer le vélo moteur, arrive une amie de l'époque des "Vonvons" sous la fenêtre de l'atelier. On discute, on évoque le passé, bref ils rajeunissent un peu. Mais il se fait tard. Renée va s'inquiéter. Vonvon démarre. Après la Chabanne la descente sur Villemorle, après le hameau plus que quelques virages et il retrouvera sa Renée, soudain en plein tournant un choc et un bruit terrifiant puis plus rien. Quelques minutes plus tard le 'pin-pon" des pompiers. On ramasse un corps disloqué. Le petit tailleur de Jouillat à fait sa dernière pirouette à 54 ans.

Publié dans Au fond de la mémoire